Cathédrale > L’histoire de la cathédrale > Des portails sculptés

Des portails sculptés

À la fin du XIIe siècle, la sculpture médiévale réagit à l’esprit décoratif dont les courbes et contre-courbes s’imposent depuis Senlis. De nouveau, la sculpture retrouve une place dominante dans l’architecture. Elle en souligne la structure et envahit de larges espaces notamment en façade. Le changement auquel on assiste alors s’impose à Laon, Chartres et Paris. Mais c’est à Amiens que se manifeste de la façon la plus spectaculaire cette tendance.

 

Le portail de la Mère-Dieu

Le portail de droite, dit portail de la Mère-Dieu, est dédié à la Vierge Marie. Le soubassement superpose deux rangs de quadrilobes figurant des épisodes de l’Ancien Testament rapportés à la conception virginale de Marie et aux prophéties messianiques et des épisodes du Nouveau Testament relatifs à l’enfance du Christ et de saint Jean-Baptiste. Les ébrasements présentent un ensemble de statues monumentales, dont les groupes représentent l’Annonciation, la Visitation, la Présentation au Temple, la Visite de la Reine de Saba au Roi Salomon et la Visite des Mages à Hérode et à la Vierge. Aux angles, se tiennent deux des Petits Prophètes appartenant à la série des douze Petits Prophètes qui s’étend tout le long de la façade. La Vierge se dresse au centre, au trumeau. Sur le soubassement, Adam et Eve se trouvent représentés dans les scènes de la Genèse relatives à la Faute Originelle, que Marie viendra « annuler ». Au-dessus du linteau sur lequel sont assis six patriarches de l’Ancien Testament, le tympan représente sur deux registres superposés la Dormition et l’Assomption, puis le Couronnement de la Vierge. Les trois cordons de voussures portent des anges et les ancêtres de la Vierge, les rois de Juda et les autres.

 

Le portail du Beau Dieu

Le portail central, dit portail du Beau-Dieu, est dédié au Sauveur. Le soubassement superpose deux rangs de quadrilobes figurant les vices et les vertus. Les ébrasements présentent un ensemble exceptionnel de douze statues monumentales, les Apôtres, tandis que sur la face interne des contreforts sont placés les quatre Grands Prophètes. Aux angles sont campés de biais deux des douze Petits Prophètes de la façade. Au même niveau, se dresse au trumeau le Beau Dieu d’Amiens. Le tympan porte un ample Jugement Dernier sur quatre registres superposés : la Résurrection, la séparation des Élus et des Réprouvés, le Souverain juge et l’apparition du Fils de l’homme dans les nuées. Les voussures et les nervures de la voûte portent quant à elles un cortège impressionnant de figures, de souverains et d’anges.

 

Le portail de saint Firmin

Le portail de gauche est dédié à saint Firmin, considéré comme le premier évêque d’Amiens. Le soubassement superpose deux rangs de quadrilobes figurant les signes du Zodiaque et les activités des mois correspondants. Les ébrasements présentent deux groupes de six statues, soit douze personnages, parmi lesquels la tradition reconnaît des saints et saintes de la région, dont les reliques étaient conservées à la cathédrale. Aux angles se tiennent deux autres des douze Petits Prophètes. Au trumeau se dresse la statue de saint Firmin, représenté en évêque bénissant. Au-dessus du linteau sur lequel sont assis six évêques, le tympan narre la translation des reliques de saint Firmin, ramenées du site de l’église de Saint-Acheul à la cathédrale. Les voussures et les nervures de la voûte portent un cortège d’anges.