Cathédrale > Voir le spectacle > Comment ça marche ?

Comment ça marche ?

Lever le voile sur la restitution virtuelle de la polychromie des portails de Notre-Dame d’Amiens revient à parler des exceptionnels moyens techniques mis en œuvre. Ils s’inscrivent dans la continuité de l’invention de la lanterne magique et du cinématographe, puisqu’il s’agit de projections d’images dont l’architecture et la sculpture de la cathédrale sont les écrans.

 

Chaque portail est photographié par moitié, verticalement, chaque cliché étant traité en numérique. L’informatique permet de corriger les déformations optiques, de coloriser les plus petits éléments de la sculpture et de retravailler les reliefs en jouant sur les ombres.

 

Pour la façade, divisée horizontalement en une partie haute et une partie basse, la lumière doit atteindre les tours dont la plus haute culmine à 65 m de hauteur.

 

Les films sont proches du traditionnel ektachrome. Ils sont projetés grâce à des lampes et des lentilles de forte puissance, dont la position doit correspondre à l’axe des prises de vues photographiques.

 

Les questions liées à la luminosité comme à la netteté des portails, ainsi qu’à l’éclat et à la saturation de couleurs, sont chaque jour au centre des préoccupations des régisseurs.

 

Il leur faut toujours obtenir une parfaite juxtaposition des images avec le relief des sculptures. Pari difficile quand on sait que la durée de vie des films est limitée et que les variations de température peuvent occasionner des déformations.

 

Au total, 9 projecteurs sont nécessaires au spectacle, dont 6 pour les portails, 2 pour la façade plus celui placé dans la cathédrale pour éclairer la rose. Ils sont répartis dans 5 cabines de projection créées spécialement pour le parvis de la cathédrale d’Amiens.

 

Le rythme des animations sur la façade contraste avec les images fixes des portails, seules parties sur lesquels les restaurateurs ont retrouvé des vestiges de couleur.

 

L’environnement sonore est piloté en régie par un programme informatique global, synchronisé avec le déplacement des films.